5 conseils pour devenir un dieu de la batterie !

On ne peut réellement déterminer le travail d’un batteur, s’il est bon, c’est qu’il a suivi des formations ou son intuition. En effet, il faut distinguer certaines choses si on veut avoir la persévérance dans cette matière. On n’apprend pas à connaître le rythme, mais avec de bonnes oreilles, on y arrive sans difficulté, en voici 5 conseils pour réussir à donner un son qui assure sur une batterie.

Tout est une question de tempo

Suivre un tempo veut dire danser suivant le rythme et le ton d’une musique. C’est totalement pareil pour jouer à la batterie, une combinaison de sons avec quelques improvisations procurent un bon son. On est plongé dans la texture et la structure de la chanson pour donner une mélodie et faire vibrer les gens. Ce n’est pas un apprentissage à perroquet comme lire des notes dans un grand orchestre, mais ce qui compte vraiment avec une batterie est ses partitions. Ce n’est pas aussi une question de temps, mais de pratique, et tout s’invente avec votre imagination accompagnée de vos propres idées.

alesis-dm-liteLa tactique simple

Pour ne pas tourner la baguette et se laisser dominer par la peur, rien ne sert de se compliquer à penser loin, il suffit d’appliquer un ton facile comme suivre une chanson facile à taper comme « Highway to Hell » d’AC-DC, puisque vous êtes dans le rythme. Ensuite, valser sur différents rythmes, du jazz à la salsa et encore le rock.

Jeu de la baguette

Ce geste peut être toute simple, mais cela demande de l’énergie à la frappe. La tenue de la baguette est importante et tout commence par le jeu de poignet qui devrait être frisé et roulé. La justesse du son vient de la croche pour donner le tempo exact. Le choix de la marque est important au niveau de la qualité de son, et on apprécie ceux qui sont indiqués par ce site bien argumenté. Même si on s’amuse bien derrière cet instrument, à noter qu’il ne faut pas en abuser.

Le temps d’entraînement

Une séance de 10 à 20 minutes est déjà importante et il faut prendre le temps de s’aérer pour que notre tête puisse nous procurer un nouveau son. Il ne faut pas non plus tout le temps boucher les oreilles par le casque, mais laisser le son s’éparpiller. Une partition batterie est très facile à lire, car tout est guidé par le nombre de frappe. Pour être correcte dans les notes, il est bon de connaître les éléments de la batterie et ses sigles représentatifs sur une partition.

compactkit4 choixConnaitre le son de chaque élément

Comme dans toutes les partitions, elles se dévoilent sur 5 lignes. Le sigle BD indique la Bass et on tape sur la grosse caisse avec notre pied suivant le nombre instruit. SD se lit comme Caisse Claire dont le nombre de frappes précède ce sigle, pareillement avec le HH ou Hit-Hat pour le cymbale Charleyston. HT/T1/T signifie Rack 1 et tambour haut, tandis que le LT/T2/t indique Rack 2 avec tambour bas. Le FT désigne le Floor option Sol, et enfin RC, c’est le Ride Cymbale accompagné de CC pour la Crash Cymbale.

Petit « o » veut dire une frappe normale et grand « O » pour un coup plus fort, « g » signifie ghost pour un coup calme, « f » est le frôlement et « d » marque un double coup. Le petit « x » signifie frapper sur cymbale et « X » pour tonifier la frappe, le « o » c’est une double-cymbale et « # » est un coup étouffé (frappez la cymbale, puis rattrapez-la directement à la main pour étouffer le son). Ce sont ces gestes musicaux magique qui vous permettent d’obtenir un rythme assez harmonieux. Un petit conseil au début, il ne faut pas s’aventurer dans des chansons difficiles à jouer comme « Knights of cydonia » de Muse.

En tout, il n’y a pas de restructurations pour devenir un as de batterie, l’essentiel, c’est d’avoir la motivation de s’exercer et de sauter les solfèges. Au début, libérer votre sensation et donner des coups à n’importe quelle caisse, c’est absurde mais utile, demain vous trouverez déjà un bon rythme.